Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

samedi 3 mai 2014

Photos...Sur les pas du grand Meaulnes... (photo de la semaine chez Amartia)

Photo de la semaine chez Amartia

La Chapelle d'Angillon

La Chapelle d'Angillon,
 le village natal d'Alain-Fournier
 qui en fait, dans son roman, 
le village natal d'Augustin Meaulnes 
et le désigne sous le nom de Ferté d'Angillon 

Photos du château et de l'étang






Nançay


Si, depuis La Chapelle, on prend la petite route de Presly le Ch'ti et que l'on suit la forêt,
 on parvient tout à coup dans le petit village de Nançay.

"C'est le pays de mon père. 
On y arrive après cinq lieues de voyage
 par des routes perdues, 
dans des voitures antiques... 
Nous avons toujours des histoires
 de voitures démolies, d'averse,
 de cheval embourbé dans un pré 
où on a voulu le faire boire. "



"Avec ça, au coin des bois,
 des horizons par-delà les bois et les routes
 comme on n'en a peut-être pas sur mer,
 même à Toulon".

"Arrivés au village, c'est une bouffée d'air familial qui nous attend. 
Une plaque, apposée sur la grosse maison en face de l'église, 
commémore "la vie de l'immense magasin" 
que l'oncle Florentin du Grand Meaulnes 
(Florent Raimbault en réalité) y tenait. "

C'est là, en effet, que le beau-frère de M. Fournier
 vécut avec la soeur,de ce dernier, 
la tante Augustine, 
et leurs neuf enfants dont les huit petites cousines germaines d'Henri Fournier 
chez qui il passait chaque année
 la dernière semaine de vacances.



 


Meaulnes  rencontre une jeune fille dont il tombe aussitôt amoureux.
 Il ne fait cependant qu'échanger quelques mots avec elle : 
elle lui dit son nom, « Mademoiselle Yvonne de Galais »,
 mais lui demande de ne pas la suivre.
 Au retour, on apprend que la fiancée tant attendue s'est enfuie ;
 le mariage n'a pas lieu et la fête prend fin tristement.




"Un grand silence régnait sur les berges prochaines. 
Le bateau filait
 avec un bruit calme de machine et d'eau. 
On eût pu se croire au cœur de l'été. 
On allait aborder, semblait-il, 
le beau jardin de quelque maison de campagne.
La jeune fille s'y promènerait sous une ombrelle blanche.
Jusqu'au soir on entendrait les tourterelles gémir... 
Mais soudain une rafale glacée venait rappeler décembre 
aux invités de cette étrange fête.
On aborda devant un bois de sapins. 
Sur le débarcadère, les passages durent attendre un instant,
 serrés les uns contre les autres, 
qu'un des bateliers eût ouvert le cadenas de la barrière... 
Avec quel émoi Meaulnes se rappelait dans la suite cette minute où, 
sur le bord de l'étang, 
il avait eu très près du sien le visage désormais perdu de la jeune fille ! 
Il avait regardé ce profil si pur,
 de tous ses yeux, 
jusqu'à ce qu'ils fussent  près de s'emplir de larmes.
 Et il se rappelait avoir vu, comme un secret délicat
 qu'elle lui eût confié, 
un peu de poudre restée sur sa joue.."


A la recherche du sentier perdu

« cette grande voie d’herbe verte

 qui coule sous les feuilles ».


 
"Je cherche quelque chose de plus mystérieux encore.

 C’est le passage dont il est question dans les livres,
 l’ancien chemin obstrué, celui dont le prince harassé de fatigue 
n’a pu trouver l’entrée.
 Cela se découvre à l’heure la plus perdue de la matinée,
 quand on a depuis longtemps oublié qu’il va être onze heures, midi. . . 
Et soudain, en écartant, dans le feuillage profond, les branches, 
avec ce geste hésitant des mains à hauteur du visage inégalement écartées,
 on l’aperçoit comme une longue avenue sombre
 dont la sortie 
est
un rond de lumière tout petit."


Si vous regardez bien vous verrez tout au fond du sentier les silhouettes de
Augustin Meaulnes et de Yvonne de Galais 



couverture de la BD
Les dessins de Bernard Capo sont extraordinaires...


http://mesinstantanes.blogspot.gr/

 C'était Mardi

cliquez sur le lien
pour avoir un résumé

du  roman d'Alain Fournier
Le
  Grand Meaulnes 

26 commentaires:

  1. Une belle échappée qui nous mène dans le monde d'un poète au coeur tendre. Merci pour ces images et ces textes réunis qui nous permettent de rêver. Amitiés. Joëlle

    RépondreSupprimer
  2. Que de souvenirs tu illustres avec cette pages Marie... un livre qu'on ne peut oublier totalement !

    RépondreSupprimer
  3. Quel billet! Classique et romantique, et pourtant j'ai eu envie de te suivre dans ce monde magique!
    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré me promener au coeur de tes mots et de tes images

    RépondreSupprimer
  5. Un beau retour vers le passé et une belle et poétique balade dans une région que je ne connais pas du tout.
    L'univers du grand Meaulnes comme si l'on y était.
    Merci pour ces belles pages Marie.
    Gros bisous.
    Belle semaine

    RépondreSupprimer
  6. Ca y est ! Tu m'as donné l'envie de relire ce roman que j'avais tant aimé à l'adolescence.

    RépondreSupprimer
  7. c'est magnifique et le grand meaulnes un très beau livre

    RépondreSupprimer
  8. admiratif de ce texte très inspiré et poétique.

    RépondreSupprimer
  9. Un livre que tu me donnes envie de relire
    Joli........
    Bon et doux Dimanche Marie
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  10. Chère Marie, cette page consacrée à Alain Fournier, sa si belle lettre, l'évocation de ce roman qui m'a fait rêver, les superbes photos de ces lieux qui ont servi de cadre et la musique qui les accompagne, m'ont tiré des larmes.

    RépondreSupprimer
  11. Merci Marie pour cette jolie balade sur les pas du Grand Maulnes que j'ai moi aussi adoré lire quand j'étais plus jeune ! De très beaux endroits que j'ai aimé découvrir grâce à toi !
    Très bon dimanche !
    Grosses bises
    Cathy

    RépondreSupprimer
  12. Très bel artcle qui ravive ien des souvenirs.
    Très bon dimanche Marie

    RépondreSupprimer
  13. Je ne peux que confirmer les autres commentaires et me dire que ton billet me restitue l'envie de relire ce grand classique...
    Tes photos sont magnifiques, j'aime particulièrement l'avant dernière avec les reflets du château dans l'étang. Elle me remémore une partie de mes vacances d'enfant dans le bas Jura, pays d'étangs et de châteaux.
    Bon dimanche Marie.
    Bises ensoleillées (pour le moment)
    Evelyne
    Evelyne

    RépondreSupprimer
  14. Ton billet du jour est splendide !
    Entre souvenirs du Grand Meaulnes, les photos, les images... un vrai moment de bonheur.
    Merci, Marie.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  15. Magnifiques illustrations en photos du "Grand Meaulnes". Celles des sous-bois me plaisent tout particulièrement, elles sont vraiment splendides.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  16. merveilleuse promenade
    cet endroit est idyllique
    bon dimanche avec le soleil j'espère
    bisous
    sophie

    RépondreSupprimer
  17. quel calme transpire dans ces belles photos, merci pour la balade !

    RépondreSupprimer
  18. Merci d'être passée au MagaZin !
    Heureuse de découvrir ton espace si reposant.
    Je suis tout particulièrement sensible à la citation affichée dans ' Qui êtes-vous ?' .
    Biz

    RépondreSupprimer
  19. Merci de reparler de ce livre si romantique Marie et pour ces photos douceur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour votre visite à tous
      Sur les pas du grand Meaulnes

      Lettre de Alain Fournier à Jacques Rivière
      "Je me disais un jour que je serais le nocturne passeur des pauvres âmes, des pauvres vies...Je les passerais sur le rivage de mon pays où toutes les choses sont vues dans leur secrète beauté"

      Supprimer
  20. De jolies photos pour une non moins jolie invitation à relire ce livre.

    Merci

    RépondreSupprimer
  21. Belle promenade en compagnie d'un héros de mes lectures adolescentes, Livre relu plusieurs fois depuis.

    RépondreSupprimer
  22. ce fut le lvre de mon adolescence...je le relis quelquefois encore... une pure merveille de romantisme
    je viens justement d'en parler sur un autre blog merci pour ce images superbes Marie, ici nous n'avons pas ces sous bois.. il manque toutefois la brume mais ce n'ent pas grave merci mille fois
    mes amitiés
    joelle (ozy

    RépondreSupprimer
  23. J'ai adoré ce ilivre, moins le 1° film............. J'ai été déçue lorsque mes élèves n'ont pas aimé lorsque je l'ai proposé; le monde change; moi, à l'époque, j'ai tout collectionné autour de la Sologne d'Alain-Fournier.............Merci de ce beau rappel!

    RépondreSupprimer

Un immense MERCI pour tous les messages laissés...
Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours...
)

Obligée de mettre une vérification de mots...trop de spams...

Balises pour rédiger un commentaire