Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

mardi 10 septembre 2019

Brindilles poétiques...Pétra, émotions chromatiques...






31 commentaires:

  1. Un magnifique poème pour chanter la beauté éternelle de ce site mystérieux. Merci Marie, on s'y croirait. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  2. On dirait bien que les pierres ont une âme ...

    RépondreSupprimer
  3. très belle poésie colorée.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Marie,
    J'ai été captivée par cette mélodie émanant de tes mots d'autant qu'elle se conjugue d'un autre concerto, celui des couleurs alors en lisant ton poème je suis complètement émerveillée.
    Je t'embraase

    RépondreSupprimer
  5. Certains sites titillent l'âme du poète et au milieu de la désolation un oasis de douceurs voit le jour
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
  6. Plein de poésie dans tes mots aimables,
    la pierre et le sable,
    les teintes s'y rattachant,
    la respiration du vent....

    Merci à toi.
    Doux mercredi Marie.

    RépondreSupprimer
  7. ta poésie met des mots sur Pétra, une apparition et tant d'émotion

    RépondreSupprimer
  8. On sent au travers de tes mots combien cet endroit t'emeut.. Je partage cette émotion. Ton texte magnifie ce lieu sublime.

    RépondreSupprimer
  9. Sous tes mots Petra se transforme en palette de peintre et j'imagine tout a fait les ocres de Cézanne devant ces beautés.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Marie,
    Ton écrit est si beau, si doux et si juste. De plus les coloris des roches sont des merveilles.
    Bravo à toi, tu es la sensibilité même !

    RépondreSupprimer
  11. oh quelle beauté vos mots pour ce lieu si beau

    RépondreSupprimer
  12. Que ton texte est beau, il me berce dans ses couleurs, comme un tableau de maître.
    Le vent de sable, respiration du temps, réchauffe le cœur.

    RépondreSupprimer
  13. Une explosion de couleurs. J'imagine Petra au coucher de soleil !

    RépondreSupprimer
  14. J'aime l'émotion qui se dégage de tes mots en décrivant "Petra", ses pierres, ses couleurs! C'est de toute beauté! Bises.

    RépondreSupprimer
  15. J'aime beaucoup ce passé qui surgit dans les fissures des falaises blessées...si bien évoqué!

    RépondreSupprimer
  16. Des mots qui savent particulièrement rendre ses couleurs à la lumière et aux pierres. Merci pour ce bel hommage à ce site époustouflant que j'aimerai tant découvrir un jour...C'est si beau ce que tu écris. Merci

    RépondreSupprimer
  17. j'ai vu tes belles photos sur FB qui témoignent de ce beau voyage.

    RépondreSupprimer
  18. C'est un très beau voyage... et une magnifique page.
    Merci pour ce partage, Marie.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  19. Et voilà comme, sous tes doigts, la vie reprend à Petra. Magique association, Marie. Excellent week-end!!

    RépondreSupprimer
  20. Magie des mots et des couleurs. Un moment de grâce.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  21. " Le décor s'est figé dans un souffle de vent … "
    Dans un murmure d'éternité , tes mots résonnent de beauté .
    Merci Marie .
    Douce soirée

    RépondreSupprimer
  22. une grande beauté, des ocres fabuleux et cette émotion que tu as si bien traduite marie, merci

    Il n'y a pas de majuscules dans mes réponses ou commentaires, mon chat néoù, la patte prise dans une portière de voiture m’a profondément griffé sur la main gauche, il s'en est sorti sans accrocs
    pour moi, soins pendant une semaine et antibiotiques et puis finalement un phlegmon s'est formé qui vient d'être opéré, avant-hier, et de nouveau je dois subir un suivi, des soins infirmiers et des antibiotiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problèmes...Merci de ton passage et bonne guérison...

      Supprimer
  23. C'est magnifique Marie, un poème tout en nuances, aussi bien dans les mots que par l'image, j'aime beaucoup la mise en page.

    RépondreSupprimer
  24. " La légende des siècles " selon Victor Hugo,
    Van Gogh pour le tourment d'une palette tango
    Synthèse évocatrice des œuvres de Marie

    RépondreSupprimer
  25. Des émotions chromatiques que tu nous dis bien poétiquement ...
    Comment rester insensible devant cette page de l'histoire de l 'humanité...
    Une sensibilité qui remplit ton esprit et ton corps et qui nous donne de biens beaux moments photographiques et poétiques à partager

    RépondreSupprimer
  26. Sublime poème où tu fais chanter en parfaite harmonie les couleurs de Pétra.
    Merci Marie, l'illustration est aussi magnifique !

    RépondreSupprimer
  27. Marie, je comprends que la beauté de toutes ces couleurs entremêlées aient suscité en toi de fortes émotions ; toutes ces roches de couleurs que Pétra t'a offertes en spectacle ont été modelées au fil du temps par le souffle du vent divin.

    RépondreSupprimer
  28. Bonsoir chère Marie,

    Magnifique poésie qui nous emmène en voyage dans cette ville creusée dans la roche et emplie d'histoire !
    J'ai adoré te lire !

    RépondreSupprimer
  29. Merci à vous tous d'être venus regarder cette palette de couleurs créée par notre plus grand peintre universel: "Dame Nature"

    RépondreSupprimer
  30. Un rêve jailli comme un visage de pierre
    «Tout à coup, je l'ai vu. Le Trésor, la légèreté, la tendresse. La nouveauté. Une idée. Mieux qu'une idée, un rêve. Couleur de nuage. Comme cela lui est apparu, en cette matinée du 22 août 1812, vers huit heures, au débouché du sîq, après tant de fatigues et d'atermoiements, immense et brillant comme l'aurore entre les parois de la montagne. Alors, comme moi, il titubait sur place, enveloppé dans les tourbillons du vent de poussière, il déposait l'outre par terre et il s'asseyait pour mieux voir. Le guide avait déposé la chèvre ligotée sur le sol, et lui aussi regardait la demeure des génies. Puis il s'est retourné vers Burckhardt, il lui a demandé : Que fais-tu ? Le Voyageur, courbé en avant, serrant dans ses mains son journal caché sous sa robe : Je ne peux plus marcher, je suis fatigué, restons un instant ici. Et son regard brillant démentait ses paroles. Il ne sentait aucune fatigue. Son cœur battit plus fort, ses yeux brûlaient, parce qu'il avait découvert le Trésor. Un rêve [...] jailli comme un visage de pierre. » (J.-M. G. Le Clézio in Pétra. Le Dit des pierres, 1993)

    RépondreSupprimer

Un immense MERCI pour tous les messages laissés...
Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours...
)

Si une fenêtre indésirable s'ouvre fermez-là en cliquant sur la x en haut à droite...ce n'est pas un virus mais blogger qui la met et je ne peux rien faire

Balises pour rédiger un commentaire