Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

lundi 17 juillet 2017

Photos:...L'abbaye de St Savin...


 L'abbaye de St Savin.

 Surnommée la « Sixtine romane », l'abbaye poitevine de Saint-Savin est décorée de très nombreuses et très belles peintures murales des XIe et XIIe siècles qui nous sont parvenues dans un état de fraîcheur remarquable.

***************


******************
lien direct


****************
*************


************* 


  Surnommée la "Sixtine de l'époque romane" par Malraux, l'église de Saint-Savin possède l'un des plus vastes ensembles de peintures romanes d'Europe, réalisé autour de 1100 pour les moines bénédictins de l'abbaye. Classé en 1840 sur la première liste des monuments historiques, après sa découverte par Prosper Mérimée, cet édifice majeur de Poitou-Charentes est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983.

 À l'époque romane, les peintures recouvrent le porche, la tribune, la crypte, la nef et le chœur. C'est dans la nef, haute de plus de 17 mètres, que se trouvent les décors les plus remarquables. Ils se déploient sur toute la voûte, longue de 42 mètres. À de rares exceptions près, les scènes retracent les épisodes les plus importants des livres principaux de l'Ancien Testament (la Genèse et l'Exode) : l'histoire d'Adam et Ève, d'Abel et de Caïn, de Noé, d'Abraham, de Joseph et de Moïse. 14 scènes ont aujourd'hui totalement disparu et 3 ont été déposées.

 https://inventaire.poitou-charentes.fr/operations/le-patrimoine-roman/64-decouvertes/392-l-eglise-romane-de-saint-savin-une-voute-peinte-exceptionnelle

11 commentaires:

  1. Une très belle abbaye qui mérite que l'on si attarde, ce qui est très surprenant c'est que ce chef d'œuvre architectural soit situé dans un si petit village, mais sans doute que le passé de Saint Savin est plus important que l'on pourrait le penser
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Ve siècle, deux frères italiens, Savin et Cyprien, fuyant leur patrie pour échapper aux persécutions contre les chrétiens, sont finalement arrêtés et martyrisés près de la Gartempe. Leurs reliques sont retrouvées au IXe siècle et l'abbé de Marmoutier, Baldilus, fonde une abbaye pour les abriter.

      Il faut remonter à l’époque carolingienne pour comprendre les origines de la fondation de l’abbaye de Saint-Savin. Louis le Pieux prie saint Benoît d’Aniane d’établir vingt moines dont il choisit l’abbé dans l’établissement monastique fondé, vers 800, avec le concours de Charlemagne. Placée sous la protection royale et régie selon la règle de saint Benoît, l’abbaye joue un rôle de premier plan dans l’histoire de la christianisation du Poitou. Elle accroît ses possessions à l’intérieur mais aussi en dehors même de ce territoire, dès le IXe siècle, pour figurer parmi les plus importantes abbayes de la région.

      L’abbaye occupe alors une place éminente dans un monde monastique en plein renouveau. Les religieux de Saint-Savin réforment des lieux comme Saint-Martin d’Autun, Baume-les-Messieurs, Vézelay. L’un d’eux est même devenu abbé de Cluny. Au XIe siècle, la communauté bénéficie de la protection des comtes du Poitou. La comtesse Aumode, épouse du duc d’Aquitaine Guillaume le Grand, fait don d’une importante somme d’argent, en 1010, à la communauté des moines, qui reconstruit à cette période leur abbatiale.

      Si l’église romane est parvenue jusqu’à nous, les bâtiments conventuels n’ont pas pu résister aux ravages causés par les Guerres de Religion, au XVIe siècle. Tel qu’il nous apparaît aujourd’hui, le bâtiment monastique date de la période du relèvement de l’abbaye par les moines bénédictins réformés de l’ordre de Saint-Maur, c’est-à-dire des années 1680. La Révolution voit le départ des derniers moines et le service de la paroisse se trouve transféré à l’abbatiale, en 1792. L’église entre alors dans une longue phase de sauvetage initiée par Prosper Mérimée.

      Supprimer
  2. Bien conservé malgré le temps...
    Douce journée Marie
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Marie
    Une vraie petite merveille cette cathedrale , ces fresques sont vraiment magnifiques et surtout très bien conservées ..
    Merci Marie
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Les moines ont laissé des merveilles... en tous lieux...j'ai découvert par hasard la petite église de Sillégny en Moselle toute recouverte de fresque !

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci pour tes explications sur un commentaire. je ne connais pas mais je m'y arrêterai bien. Très bel endroit. Gros bisous et superbe fin d'après-midi

    RépondreSupprimer
  6. Un bijou de pierres sur lequel le temps n'a pas de prises..

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour la visite, je ne connaissais pas, belle découverte !!!

    RépondreSupprimer
  8. Elle est magnifique de l'extérieur, mais à l'intérieur, une merveille !
    Merci pour ton reportage, un vrai bonheur.
    Bisous et douce soirée.

    RépondreSupprimer
  9. C'est en effet exceptionnel !! Je vais poursuivre l'aventure avec le lien que tu donnes en espérant faire la visite pour de vrai un jour !

    RépondreSupprimer
  10. De très beaux monuments qui nous parlent du passé et que la mémoire ravive pour le plaisir et le bonheur de les revisiter.Toutes ces œuvres grandioses et magnifiques devaient être comme un piédestal pour notre présent même si notre temps galope à la vitesse de la lumière, pour prétendre reconstruire ces œuvres du passé. Merci Marie pour toutes ces merveilles.

    RépondreSupprimer

Un immense MERCI pour tous les messages laissés...
Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours...
)

Obligée de mettre une vérification de mots...trop de spams...

Balises pour rédiger un commentaire