Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

samedi 31 mai 2014

Photos:...Le sphinx-bourdon...(photo de la semaine chez Amartia)

Avec le sphinx-bourdon dans les nielles des champs...





 cliquez sur le haut parleur
en bas à gauche de l'image et éteindre la musique du blog colonne à droite de la page


lien direct

Balade avec le sphinx-bourdon 

 Copyrightdepot.com 00048672-2


 lien vers d'autres diaporamas
Ici 

 http://mesinstantanes.blogspot.gr/ 



ce sera ma dernière participation à la photo de la semaine...
merci pour le partage de ces quelques semaines

jeudi 29 mai 2014

mercredi 28 mai 2014

Poème:...Toute poésie...




mardi 27 mai 2014

lundi 26 mai 2014

dimanche 25 mai 2014

Bouquet de mots:...Une maman...


Bonne fête à toutes les mamans du  monde


samedi 24 mai 2014

Photos:...La féérie des automates...(photo de la semaine chez Amartia)



...La féérie des automates...



éteindre la musique du blog
colonne à droite
avant de visionner le diaporama 


Les automates de la Rochelle 
à la foire exposition de Poitiers 
(création des images avec mes photos )


Collection d'automates de 1890 à 1950,
des automates publicitaires,
à clé ainsi que des scènes animées




lien direct

Copyrightdepot.com 00048672-2

Depuis l’Antiquité les hommes se sont toujours efforcés de reproduire et animer leur image. Au temps des pharaons, les prêtres de Thèbes construisirent une statue qui chantait, parlait et marchait. Par la suite Héron d’Alexandrie réalisa de nombreux automates en utilisant la compression de l’air et du liquide. A leur retour en France, les Croisés ont ramené les premiers automates, ce qui donne plus tard l’idée aux horlogers de faire sonner les heures des beffrois par un grand personnage animé.
Le 18ème siècle fut celui des « grands créateurs ».L’automate devient à cette époque un véritable phénomène de mode dans les salons.
A la fin du 19eme siècle, les automates sont plus réalistes et certains constructeurs réalisèrent des prouesses d’imagination. Ce fut à ce moment là que l’on osa construire pour Noël des vitrines animées dans les grands magasins .


lien vers d'autres diaporamas
Ici



http://mesinstantanes.blogspot.gr/

vendredi 23 mai 2014

Haïku:...Avec les oiseaux...



jeudi 22 mai 2014

mercredi 21 mai 2014

Photos:...Balade et pique-nique en famille...


Balade et pique-nique en famille
Sur un étang sauvage au bord du Clain

Eteindre la musique du blog à droite
pour visionner le diaporama

*********************


**********************






lien direct:

Balade avec les cygnes

 lien vers d'autres diaporamas
Ici

mardi 20 mai 2014

Citation d'écrivain:...Il nous faut regarder... Bertrand Vergely



Une petite fille prise en photo au Vietnam

lundi 19 mai 2014

dimanche 18 mai 2014

Poème:...Mort d'une fleur d'amour...

Un vieux poème écrit en 2009...
inspiré de faits que l'on dit "divers"

Un texte
écrit en hommage
                                           à toutes les femmes humiliées, harcelées, battues..


 Mon texte n'a rien de poétique
mais il voulait
à cette époque dire une réalité....
qui hélas continue d'exister...



vendredi 16 mai 2014

jeudi 15 mai 2014

mercredi 14 mai 2014

mardi 13 mai 2014

lundi 12 mai 2014

Poème:...Je te donne...


Copyrightdepot.com 00048672-2

samedi 10 mai 2014

Photos:...les marais de Bourges...


Les marais de Bourges

Les marais de Bourges, monde secret , monde des eaux calmes et des vertes frondaisons,
les marais de Bourges constituent un incomparable espace de détente
et de nature au pied de la vieille ville ,
à quelques centaines de mètres du chevet de la cathédrale.
Avec leur abondance de légumes et de fleurs,
ces 135 ha de parcelles amoureusement cultivées par leurs propriétaire
s offrent l'image d'un lieu de convivialité
et de promenade dans une nature préservée.

Un peu d'histoire : Les terrains marécageux qui entouraient Bourges
ont longtemps assuré la défense de la ville.
Au XVIIe siècle, les jésuites achètent une partie de ces "marais"
et les louent à des particuliers
qui les transforment en parcelles cultivables..

Avec la Révolution et la vente des biens nationaux,
cette mise en culture s'intensifie :
les maraîchers ou "maretiers" alimentent la ville en fruits et légumes
pendant trois siècles.
Au milieu du XXe siècle,
avec le changement des modes de production et de distribution,
la profession décline pour disparaître dans les années 1970.
Aujourd'hui exploités en jardins familiaux,
les Marais de l'Yèvre et de la Voiselle ont été classés en 2003
sur la liste des Monuments Naturels et des Sites.

Mettre la musique du blog en pause 
pour visionner le diaporama





 lien vers d'autres diaporamas
Ici

vendredi 9 mai 2014

poème:...Le galet et l'enfant...



Une aventure vibre

au profond du galet.

Musique de fontaine

où s'abreuve un poème.

Paul Bergèse 


*********
D'autres poèmes de sable:










********************

D'autres textes entre terre et mer
clic sur le lien ci-dessous

jeudi 8 mai 2014

mercredi 7 mai 2014

Haïku:...Robes en chiffon



cliquez sur l'image 
pour l'agrandir
éteindre la musique du blog

http://www.kizoa.fr/Animated-Collage/d1c10212992k6032686o2

mardi 6 mai 2014

Haïku:...Les fleurs de l'iris...



dimanche 4 mai 2014

samedi 3 mai 2014

Photos...Sur les pas du grand Meaulnes... (photo de la semaine chez Amartia)

Photo de la semaine chez Amartia

La Chapelle d'Angillon

La Chapelle d'Angillon,
 le village natal d'Alain-Fournier
 qui en fait, dans son roman, 
le village natal d'Augustin Meaulnes 
et le désigne sous le nom de Ferté d'Angillon 

Photos du château et de l'étang






Nançay


Si, depuis La Chapelle, on prend la petite route de Presly le Ch'ti et que l'on suit la forêt,
 on parvient tout à coup dans le petit village de Nançay.

"C'est le pays de mon père. 
On y arrive après cinq lieues de voyage
 par des routes perdues, 
dans des voitures antiques... 
Nous avons toujours des histoires
 de voitures démolies, d'averse,
 de cheval embourbé dans un pré 
où on a voulu le faire boire. "



"Avec ça, au coin des bois,
 des horizons par-delà les bois et les routes
 comme on n'en a peut-être pas sur mer,
 même à Toulon".

"Arrivés au village, c'est une bouffée d'air familial qui nous attend. 
Une plaque, apposée sur la grosse maison en face de l'église, 
commémore "la vie de l'immense magasin" 
que l'oncle Florentin du Grand Meaulnes 
(Florent Raimbault en réalité) y tenait. "

C'est là, en effet, que le beau-frère de M. Fournier
 vécut avec la soeur,de ce dernier, 
la tante Augustine, 
et leurs neuf enfants dont les huit petites cousines germaines d'Henri Fournier 
chez qui il passait chaque année
 la dernière semaine de vacances.



 


Meaulnes  rencontre une jeune fille dont il tombe aussitôt amoureux.
 Il ne fait cependant qu'échanger quelques mots avec elle : 
elle lui dit son nom, « Mademoiselle Yvonne de Galais »,
 mais lui demande de ne pas la suivre.
 Au retour, on apprend que la fiancée tant attendue s'est enfuie ;
 le mariage n'a pas lieu et la fête prend fin tristement.




"Un grand silence régnait sur les berges prochaines. 
Le bateau filait
 avec un bruit calme de machine et d'eau. 
On eût pu se croire au cœur de l'été. 
On allait aborder, semblait-il, 
le beau jardin de quelque maison de campagne.
La jeune fille s'y promènerait sous une ombrelle blanche.
Jusqu'au soir on entendrait les tourterelles gémir... 
Mais soudain une rafale glacée venait rappeler décembre 
aux invités de cette étrange fête.
On aborda devant un bois de sapins. 
Sur le débarcadère, les passages durent attendre un instant,
 serrés les uns contre les autres, 
qu'un des bateliers eût ouvert le cadenas de la barrière... 
Avec quel émoi Meaulnes se rappelait dans la suite cette minute où, 
sur le bord de l'étang, 
il avait eu très près du sien le visage désormais perdu de la jeune fille ! 
Il avait regardé ce profil si pur,
 de tous ses yeux, 
jusqu'à ce qu'ils fussent  près de s'emplir de larmes.
 Et il se rappelait avoir vu, comme un secret délicat
 qu'elle lui eût confié, 
un peu de poudre restée sur sa joue.."


A la recherche du sentier perdu

« cette grande voie d’herbe verte

 qui coule sous les feuilles ».


 
"Je cherche quelque chose de plus mystérieux encore.

 C’est le passage dont il est question dans les livres,
 l’ancien chemin obstrué, celui dont le prince harassé de fatigue 
n’a pu trouver l’entrée.
 Cela se découvre à l’heure la plus perdue de la matinée,
 quand on a depuis longtemps oublié qu’il va être onze heures, midi. . . 
Et soudain, en écartant, dans le feuillage profond, les branches, 
avec ce geste hésitant des mains à hauteur du visage inégalement écartées,
 on l’aperçoit comme une longue avenue sombre
 dont la sortie 
est
un rond de lumière tout petit."


Si vous regardez bien vous verrez tout au fond du sentier les silhouettes de
Augustin Meaulnes et de Yvonne de Galais 



couverture de la BD
Les dessins de Bernard Capo sont extraordinaires...


http://mesinstantanes.blogspot.gr/

 C'était Mardi

cliquez sur le lien
pour avoir un résumé

du  roman d'Alain Fournier
Le
  Grand Meaulnes