Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

samedi 21 janvier 2017

Poème:...C'est ici...





Pour la forme j'ai essayé de faire un zégel (avec plein d'erreurs, je ne suis pas douée dans le comptage des pieds)

Le zégel est un poème en 16 vers de 8, 10 ou 12 pieds

AAAB
CCCB
DDDB
EEEB

La rime B est masculine
A C D E rimes féminines


 LE ZADJAL (ou : ZAJAL ; ZÉDJEL ; ZÉGEL ; ZÉJEL)
http://blacknails.over-blog.com/page-zadjal-zajal-zegel-5874867.html

22 commentaires:

  1. Ravi de découvrir ce blog, la poésie se tricote en fil d'or, j'aime.

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement que tu n'es pas douée pour compter les pieds parce que c'est très beau...
    Sinon j'aurais eu du mal à trouver un qualificatif
    Bon et doux Dimanche MARIE
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien pour cette raison que je n'applique aucune technique lorsque j'écris, je laisse simplement parler mon cœur et les mots se mettent en place tous seuls, bien sur un puriste peu critiquer le style, mais ça n'a pas d'importance puisque ce que j'écris me ressemble
    Passe une très belle journée
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
  4. Quand j'écris de la poésie, c'est rarissime que je compte les syllabes des vers - si encore je fais des vers... J'en suis incapable.
    Bravo, donc.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  5. merci pour tes explications du zégel que je découvre, j'aime beaucoup ton poème plein de douceur, j'aime un ciel qui coud des dentelles.
    très belle journée,bises
    danièle

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas moi qui vais te dire que ce n'est pas bien fait ...la poesie est un art et je ne le pratique pas , j'aime la lire ..
    Le Zegel je ne connaissais pas..ducoup je me suis instruite en te lisant ..Merci Marie
    Bonne journée à toi
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connaissais pas le zégel... alors, merci pour les explications.
    En te lisant, une phrase m'est revenue en mémoire.
    "La rose n'aurait-elle pas le même parfum si elle s'appelait autrement ?"
    J'ai toujours eu du mal avec les mots qui définissent tel ou tel type de poème. Peut-être parce que je suis d'une époque où nous parlions du sonnet, du rondeau, de la ballade, et que nous étions soudain passés au vers libre...
    Tu vois, quand je te lis, je ne pense pas aux traités de versification que j'ai eu à consulter récemment, mais je découvre un univers plein d'émotions sans cesse renouvelées.
    C'est ce qui me plaît.
    Je t'embrasse. Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi
      si je rentre parfois dans des formes classifiées c'est que mes mots y vont tout seuls!
      Pourquoi, je ne sais pas...
      Sinon, j'écris comme je pense

      Supprimer
  8. C'est ici, sur le blog de Marie qu'il fait bon venir...
    Belle et douce journée

    RépondreSupprimer
  9. Je découvre cette forme et j'avoue être tombé sous le charme de ton poème. Il y a là une élégance et une musicalité, une légèreté, un rythme, quelque chose de remarquable.
    Amitiés
    Alain

    RépondreSupprimer
  10. j'avoue être plus sensible aux mots et à la sensibilité qu'à la métrique... et "c'est ici" que je prends tout le plaisir de lire ta poésie Marie

    RépondreSupprimer
  11. Je me suis laissée envahir par tes mots. Adepte de la poésie classique, je reconnais que ce que les mots dégagent est bien plus important que la prosodie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,
      la prosodie ne doit jamais être une contrainte
      car à ce moment là l'émotion s'estompe au profit des règles...

      Supprimer
  12. Le poème est plus limpide que les règles qui l'accompagnent

    RépondreSupprimer
  13. Le plaisir de relire
    Bon et doux Lundi Marie
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  14. Bravo Marie. Je me croyais enfin arrivée au paradis ! Douce journée à toi. Amitiés. Joëlle

    RépondreSupprimer
  15. Je capture tes rêves de renouveau accompagnés par le son du pipeau;un petit vent de grâce sur fond de terre blanche !

    RépondreSupprimer
  16. Peut importe le nombre de pieds ou de pas, ce qui compte c'est d'être ici,
    assurément on y est bien !

    RépondreSupprimer
  17. Et c'est ici que se bercent d'éternelles ritournelles, emportées par le vent. Gros bisous, Marie.

    RépondreSupprimer
  18. Quel joli poème, plein de douceur !

    RépondreSupprimer
  19. Je t'ai emprunté le début du poème pour le mettre en intro sur mon blog.. je sais avoir la permission.. merci encore pour ces mots superbes.

    RépondreSupprimer

Un immense MERCI pour tous les messages laissés...
Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours...
)

Obligée de mettre une vérification de mots...trop de spams...

Balises pour rédiger un commentaire